• ça sent l'sapin

    C'était inévitable...

    <o:p> </o:p>

    Alors que chacun poursuit sa cavale effrénée vers les paquets, que tous se demandent avec un empressement naïf quelle sera la surprise au combien méritée et attendue depuis 365 jours qui se découvrira à la lueur de leurs fenêtres crâniennes qui ont déjà trop vu pour pouvoir un jour apercevoir avec justesse la réalité simple et nue des fadaises créant une harmonie avec la prévisibilité de nos réactions : « oh, merci ! », alors que cette course aux sourires pour du bonheur à prix discount est, vos deux jambes sont plantées , les impromptues, sur l'horizon de la moquette, en plein milieu du salon familial. Le nouveau-né en terre cuite assiste impuissant à la scène, levant, avec une ferveur constante, des bras potelés, dont la peinture est divinement écaillée, vers le plafond d'albâtre opaque préservant des astres scintillants qui sinon happeraient le moindre de nos regards, afin que pupilles irisées se dirigent alors vers le plat amoncèlement de parallélépipèdes enrubannés. Que faire sinon fuir mangé dans le coin du canapé, pays d'adoption merveilleux où tout n'est que duveteux songe d'une sieste éternelle.

    <o:p> </o:p>

    ...Mais que c'est puant !


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :