• beurp



    Quelle
    absurde connivence.



    Visage pale,
    de l'enfant homme, rosés par la fraîcheur enveloppante des cristaux de neige
    les pommettes, le bout du nez accompagnés de ces lèvres écarlates, comme après
    l'accomplissement du vampirique ultime baisé, les pôles de chaleur épidermiques
    surmontent la (paradoxalement)sombre, opaque et impassible blancheur de
    l'environnement glacialement inerte. Alors que la « boite à
    troubadour » m'octroie ce privilège éphémère de m'assoupir avec cette
    vision en mémoire pour formater mon inconscient rêveur vers l'accomplissement
    d'une abstraction en compagnie de l'aimable personnage fictif, au moment où les
    larmes versées colleront les paupières, où je me détacherais du monde officiellement
    raisonnable, blasphème, ce moment sacré, mystérieux est trucidé par une
    avalanche de sons sans aucunes corrélations avec la mélodie de mes rêves, les
    volets se rouvrent, pouah, l'image est encore plus terrifiante de
    débilité ! un homme seul embrassant son chien, probablement pour le
    consoler, avec un amour quasi malsain mais tout à fait plausible dans notre
    civilisation associabilisante au possible, d'avoir été obligé d'ingurgiter les
    « croquettes ultra vitaminées dont tous les chiens rêvent ». Moi je
    voulais m'emmitoufler dans les limbes duveteuses du monde inconscient de la
    nuit, je n'ai pas réussis à faire abstraction de cette juxtaposition
    incohérente et gerbante (ma mémoire olfactive me laisse « profiter »
    de ce spectacle de restes d'abattoir lyophilisés carrés avec un autre sens).






  • Commentaires

    1
    .
    Dimanche 28 Janvier 2007 à 15:25
    La drôle et si belle écriture. La tienne. Pas comique mais drôle. Je mange des petits pains aux raisins, desespoir de ne pas parvenir à clarifier l'être et le fait. Tu me manques, et le confort des larmes aussi.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :